Le lambeau de Camille Bernard modifié par Webtser

Lambeau de Camille Bernard.PNG
Lambeau de Camille Berbard modifié Webster

Dessin initial du lambeau décrit par Webster en 1960 (Total and partial reconstruction of the lower lip with innervated muscle-bearing flap)

Lambeau de Camille Bernard modifié Webster
Lambeau de Camille Bernard modifié Webster
Lambeau de Camille Bernard modifié Webster
Lambeau de Camille Bernard modifié Webster

Résultat à 1 mois post opératoire

Second exemple, lambeau de Camille Bernard modifié Webster bilatéral

post op CB.PNG
post op CB 2.PNG

Lambeau de Camille Bernard modifié Webster

Camille Bernard décrit en 1853 un lambeau de reconstruction de PDS transfixiante de la lèvre inférieure par deux lambeau d'avancement de joue, dont les cicatrices sont cachées dans les sillons nasogéniens. Ces lambeaux sont triangulaires à base inférieure et leur face médiale est située au niveau de la commissure labiale. La taille de la base inférieure de chaque triangle correspond à la moitié de la perte de substance. Le glissement des berges labiales permet leur suture. Un lambeau muqueux de lèvre humide permet la reconstruction du vermillon sur les parties latérale des lèvres.

 

Cette technique a été modifiées plusieurs fois au cours du temps, notamment par Webester en 1960, dans le but d'en améliorer le résultat fonctionnel.

 

Le dessin du lambeau :

 

Le dessin paraît complexe mais correspond finalement à un lambeau d'avancement jugal vers la lèvre inférieur, associé à deux triangles de décharge (de Burrow), l'un situé au dessus de la commissure labiale dans le sillon nasogénien, l'autre situé en dessous dans la houppe du menton.

 

Le tracé supérieur démarre de la commissure labiale et se dirige vers le sillon nasogénien. Ce premier tracé est légèrement incurvé, concave vers le haut, et se dirige vers le haut. En effet, une direction vers le bas risque une rétraction du muscle orbiculaire.

Le dessin se poursuit par le triangle de décharge supérieur, dont la berge médial est situé dans le sillon nasogénien. La taille de la base du triangle de décharge est classiquement égale à la moitié de la PDS.

Le tracé inférieur part de la partie basse de la PDS et chemine dans la houppe du menton. A ce niveau, on dessine le triangle de décharge latéralement, dont la partie inférieure est située dans la houppe du menton. Ce triangle est de taille bien inférieure à celui du sillon naso-génien.

Un tracé d'incisions muqueuses est nécessaire. Il part de la commissure labiale et s'étend en postérieur jusqu'à la première molaire environ. Il ne faut pas monter trop haut ce tracé pour ne pas passer sur le trajet du canal de Sténon.

Dans le cas de résections larges, une seconde incision muqueuse peut s'étendre de la partie inférieure du defect jusqu'à la première molaire, parallèlement au premier tracé.

(Lignes pointillées sur le schéma de Webster).

 

A noter que ce lambeau a été initialement décrit pour des pertes de substance totale ou subtotale de la lèvre inférieure ; dans ce cas , il est bilatéral. Ici nous présentons les cas de deux patients dont la PDS a pu être reconstruite par un lambeau unilatéral.

 

 

Le décollement et l'exérèse des triangles de Burow se font dans le plan sous cutanéo-graisseux et respectent le SMAS afin de ne pas risquer de lésion du nerf facial.

Les incisions cutanées et résection des triangles de décharge sont faites en premier puis l'incision muqueuse est réalisée.

La laxité obtenue permet l'avancement du lambeau et la suture de la lèvre inférieure à la lèvre controlatérale restante.

La partie latérale de la lèvre rouge doit alors être reconstruite. Un décollement de muqueuse jugale en regard de la zone dépourvue de lèvre rouge permet l'avancement d'un lambeau muqueux et la reconstruction du vermillon (comme décrit dans la partie vermillectomie inférieure).

Les sutures se font en trois plans : un plan profond musculaire au fil tressé 3/0, un plan muqueux au fil tressé 3/0, et un plan cutané au monofilament 4/0.

 

 

Ici, nous présentons le cas d'une patiente prise en charge pour carcinome épidermoide de la lèvre inférieure, dont la reconstruction est réalisée par lambeau de Camille Bernard modifié Webster. Un geste unilatéral a suffit pour la reconstruction.

 

 

Sources :

Bernard C. Cancer de la lèvre inférieure, restauration à l’aide de lambeaux quadrilatères latéraux. Guérison 1852;5:162-4.

Bernard C. Cancer de la lèvre inférieure opéré par un procédé nouveau. Bull Mem Soc Chir 1853;3:357.

Webster. R. Total and partial reconstruction of the lower lip with innervated muscle-bearing flaps. 1960