Lambeau de Knappe modifié associé à un greffon cartilagineux et à un lambeau conjonctival

Capture d’écran 2020-10-26 à 13.24.11.
Capture d’écran 2020-10-26 à 13.24.58.

Résultat à 2 mois

Lambeau de Knappe modifié associé à un greffon cartilagineux et à un lambeau conjonctival

Le lambeau de Knappe est un lambeau d'avancement cutané utilisé pour la reconstruction du plan superficiel. Il permet l'avancement de la peau zygomatique vers la paupière inférieure. La laxité à ce niveau permet une possible réparation de l'intégralité de la paupière inférieure.

 

Le dessin du lambeau de Knappe :

Le tracé supérieur part de la partie supérieure, avance en sous-ciliaire vers le canthus externe et remonte au dessus de celui-ci, dans la région zygomatique. le tracé inférieur part de la partie inférieure de la PDS et suit le tracé inférieur.

Ici nous réalisons un lambeau d'avancement sans utiliser le tracé inférieur qui augmente la rançon cicatricielle et n'est pas toujours nécessaire à la bonne mobilisation du lambeau.

 

 

Reconstruction de la lamelle antérieure :le décollement se fait dans le tissu sous-cutané, à la face profonde de la graisse sous-cutanée. Le SMAS ne doit pas être incisé, le décollement doit se faire à la partie superficielle du SMAS pour éviter une plaie du nerf facial. Le décollement est large au niveau zygomatique afin d'obtenir une bonne laxité.

 

 

Reconstruction de la lamelle postérieure : elle est réalisée grâce à un lambeau de conjonctive, ainsi qu'une greffe cartilagineuse provenant de la conque.

 

Après l'exérèse transfixiante de la lésion, on libère par un léger décollement sous muqueux un lambeau conjonctival. Ceci permet l'avancement du cul de sac conjonctival et donc la reconstruction muqueuse de la conjonctive réséquée.

 

Prélèvement de la greffe chondrale au niveau de la conque :

Une infiltration à la xylocaine adrénalinée permet de réduire le saignement et de créer le plan de dissection entre le périchondre et le tissu sous cutané.

Le prélèvement est réalise par un abord rétroauriculaire pour cacher la cicatrice. On dissèque de part et d'autre au contact du cartilage de conque, sous le périchondre. On réalise le prélèvement d'une large greffe.

La conjonctive est fixée à la greffe de cartilage de conque au fil tressé résorbable 5/0. Ceci permet la reconstruction tarso-conjonctivale.

 

 

Fixation du lambeau superficiel : le lambeau cutané est fixé à la peau sous-ciliaire et zygomatique par des points de monofilament non résorbable 5/0. On reconstruit alors un nouveau canthus externe.

Des points de monofilament résorbables fixent les nouvelles lamelle antérieure et lamelle postérieure.