Anatomie

vascularisation

sous-unités

techniques de base

Anatomie

Les tissus mous de la joue sont constitués de différentes couches dont l'importance pour la chirurgie est grande. Les couches sont :

- La peau, contenant épiderme et derme. La peau change d'épaisseur en fonction de la zone : elle est fine dans la partie postérieure, épaisse dans la partie antérieure de la joue. La laxité est importante faisant de la région jugale une site donneur de lambeau important.

- L'hypoderme, qui comprend la graisse sous cutanée et une importante vascularisation. L'épaisseur du tissu sous cutané est importante dans la région sous orbitaire, augmentant encore la laxité de la région.

- Le SMAS, en continuité avec le platysma sous la mandibule. Le SMAS se comporte comme une lame porte vaisseaux, assurant la vascularisation des tissus plus superficiels. Les muscles peauciers sont fixés sur le SMAS en profondeur.

- Les muscles peauciers de la face ou muscles de la mimique. Le nerf facial assure leur innervation motrice à leur face profonde. Les plans de décollement des lambeaux de la zone doivent alors être plus superficiels que ces muscles. Les lambeaux cutanés au niveau de la joue sont prélevés au dessus du SMAS, dans le plan sous cutané.

- Les muscles masticateurs et la parotide dans la zone postérieure. Un plan graisseux puis la muqueuse interne de la joue dans la partie antérieure.

pintereset schq;2  joue.PNG

Vascularisation

La vascularisation de la joue provient du système carotidien externe, par le biais de nombreuses artères : artère buccale (vascularisation centrifuge de la graisse jugale) , l’artère zygomaticoorbitaire, l’artère temporale moyenne, l’artère temporale profonde postérieure, l’artère temporale profonde antérieure, l’artère du ptérygoïdien médial, l’artère alvéolaire supérieure (vascularisation centripète de la graisse jugale).

Cette riche vascularisation permet une grande fiabilité des lambeaux provenant de la joue pour reconstruction des régions à proximité.

Sous-unités esthétiques

La joue est séparée de la tempe en haut par le rebord zygomatique et le rebord orbitaire inférieur. En bas le bord inférieur de la mandibule la sépare de la région cervicale.

Comme expliqué en introduction, la joue est divisée en deux sous unités, séparées par le bord antérieur du muscle masséter. La partie jugale postérieure est masticatrice et comprend un rapport important : la glande parotide.

La partie antérieure est elle même divisée en 3 sous-unités : la région sous orbitaire (= la pommette), la région nasogénienne ou jugale basse, la région zygomatique.

sous_unités_joue.PNG

Techniques simples de réparation jugale

La cicatrisation dirigée

 

Elle peut être choisie pour les lésions de petite taille et/ou chez le sujet âgé. Elle est peu conseillée du fait d'un risque important de cicatrices rétractiles.

 

 

Les greffes de peau

 

Elles sont possibles, mais exposent d'une part au risque de rétraction et d'autre part à un risque important de dyschromie, très visible au niveau de la joue. En cas de greffe, on choisit la réalisation d'une greffe de peau totale, dont le site donneur est situé le plus proche possible du site receveur (rétro-auriculaire, sus-claviculaire par exemple).

 

 

Exérèse-suture directe

 

La laxité de la peau au niveau de la joue rend possible l'exérèse suture en un temps. L'exérèse doit se faire en fuseau, celui ci devant avoir une longueur 3 fois plus importante que sa largeur.

Le fuseau est orienté selon les lignes de Langé pour que la cicatrice se cache dans les rides physiologiques du visage.